En preambule, nous voulions remercier les personnes qui laissent des commentaires aux messages que nous ecrivons. Nous n'y repondons pas toujours, mais les lisons vraiment avec beaucoup de plaisir. Merci !

--------------------------------------

Comme explique precedemment, nous sommes donc arrives a Muang-Sing, au nord de Laos. C'est a partir de cette ville que nous avons decide de faire un trek de 2 jours dans la jungle toute proche, accompagne d'un guide car il est interdit de penetrer seul dans cette zone protegee.

Nous demarrons donc de bon matin en tuk-tuk pour rejoindre le point de depart, debarrasses de la plupart de nos affaires que nous avons laissees a l'agence pour marcher leger. Nous ne portons qu'un sac pour deux, 2 tentes et les provisions.

P1020345

Depart en tuk-tuk

Nous ne sommes que tous les 2, accompagnes de 2 guides locaux. L'un est de l'ethnie hmong, parle anglais et a vecu une partie de son enfance dans un petit village dans la foret. L'autre est de l'ethnie yao et ne parle pas du tout anglais. Il sera le guide assistant.

Nous savons que cette foret est peuplee de nombreux animaux tels que tigres, elephants, ours, etc... mais il n'y a quasiment aucune chance d'en rencontrer.

Nous marchons au milieu d'une vegetation incroyable et nos guides nous montrent en chemin quelques traces d'elephant, et nous apprennent differentes choses sur les plantes et leur pouvoir medicinal.

P1020346

Foret primaire

P1020347

Xo Wang nous apprend a nous desalterer avec des vegetaux

P1020359

P1020358

Pause dejeuner. Au menu, riz gluant, porc caramelise, legumes croquants, bananes, le tout emballe dans des feuilles.

En chemin, nous goutons differents fruits et plantes de la foret, et cueillons des fleurs que nous mangerons le soir. Aucun materiel n'a ete emporte pour faire la cuisine. Tout sera fabrique sur place avec des bambous et bananiers qui foisonnent ici.

Nous arrivons sur notre lieu de bivouac, installons le campement et allumons du feu.

P1020348

P1020349

Les feuilles de bananiers sont mises sous les tentes pour proteger de l'humidite du sol.

P1020353

Nous devons aller chercher de l'eau a la source proche ainsi que les bambous qui serviront a confectionner les differents ustensiles de cuisine. L'eau elle-meme est stockee dans de grands bambous que nous portons sur notre dos.

P1020357

La source

Il faut faire cuire le riz. Technique locale : une feuille de bananier est enroulee sur les parois interieures d'un bambou. Le riz est alors verse dedans avec un peu d'eau et le bambou pose debout sur le feu. L'ensemble va cuire doucement pendant plus d'une heure. Une fois le riz cuit, l'entourage en bambou est enleve a la machette et une sorte de grosse baguette de riz gluant entoure d'une feuille de bananier apparait. Il n'y a plus qu'a manger !

P1020355

Le riz qui cuit...

Xo Wang nous fabrique des cuilleres et un bol, ainsi qu'une sorte de recipient long qui sera utilise pour faire cuire la soupe, le tout toujours en bambou. Un autre bambou servira de cuvette pour le lavage des mains.

P1020351

Une cuillere en bambou et dessous le plat pour faire cuire et servir la soupe.

Les fleurs ramassees en chemin sont grillees et degustees.

P1020350

P1020352

Le repas est servi sur la nappe en feuilles de bananier.

La nuit sera douce, accompagnee des bruits de la jungle. Au petit matin, nous entendons beaucoup d'oiseaux, mais en verrons peu car ils fuient la presence de l'homme.

P1020354

Au matin, Ko-Chi surveille la cuisson de l'eau et du riz du petit-dejeuner

Puis nous reprenons la route vers un village Akka ou nous serons recus par le chef du village chez qui nous sommes invites pour le repas du midi.

Le village est plutot desert, avec quelques enfants seulement.

P1020356

P1020361

P1020362

P1020363

Apres avoir fait le tour du village, nous prenons le chemin du retour. Nous quittons le guide-assistant, Ko-Chi qui habite le village voisin.

Sur le chemin, nous pouvons constater les effets de la culture intensive, entre autres de l'hevea (arbre a caoutchouc) Des hectares de foret primaire sont detruits et remplaces par des cultures a hauts rendements (hevea, bananiers, canne a sucre). Les grosses compagnies, essentiellement chinoises, louent a prix derisoire les terres des fermiers locaux. brulent toute la vegetation existante et plante des milliers d'arbres qu'ils exploitent en en tirant un profit maximum.

Cette monoculture intensive a un effet devastateur sur l'eco-systeme local, sans compter qu'une fois la duree de vie de l'arbre expiree, les terres sont rendues en l'etat aux paysans qui se retrouvent alors avec une terre inutilisable. Sans compter les glissements de terrains provoques par la deforestation.

P1020360

Deforestation intensive

Nous retrouvons alors le tuk-tuk qui nous ramene a Muang-Sing ou nous terminons ce merveilleux trek autour d'une biere que nous partageons avec Xo-Wang. Nous en profitons pour lui montrer notre mini-album photo perso car il est tres curieux de connaitre d'autres pays. Apres avoir quitte son village hmong a 10 ans, il a rejoint seul la ville pour aller a l'ecole puis devenir instituteur. Il n'a exerce son metier que 4 ans car n'etait paye que 4 dollars par mois pour s'occuper de 75 eleves. Il est maintenant fermier et cultive du riz, du mais et quelques heveas. Il eleve 6 enfants (de 10 a 1 an) avec sa femme et n'a que 34 ans. Pour completer ses revenus, il accompagne, pendant la saison touristique, quelques treks comme celui que nous avons effectue. Il espere ainsi avoir suffisamment d'argent pour pouvoir emmener femme et enfants voyager en Thailande ou au Viet-Nam, au bord de la mer qu'il n'a jamais vue.

C'est les yeux et la tete remplis de beaux souvenirs que nous quittons Muang-Sing pour Udoxmai en bus afin de rejoindre Luang-Prabang dans les jours qui viennent. Cette experience dans la foret restera un des moments marquants de notre passage au Laos. Le bambou n'a plus de secret pour nous !

A bientot.