Une semaine passee en Bolivie et deja beaucoup d'images hautes en couleurs...

Apres avoir passe la frontiere, nous avons fait une premiere halte a Tupiza, d'ou nous avons repris le bus pour Uyuni. Les transports boliviens et les routes n'ont rien a voir avec ceux d'Argentine. Nous retrouvons plutot ce que nous avons vecu au Laos ou au Nepal : des routes non asphaltees, voire defoncees, et des bus locaux pour certains dans un etat douteux ou tres anciens, avec ravitaillement a bord en nourriture par des villageoises.

P1040651 Nos sacs sont sur le toit.

P1040657 Arret a la "gare routiere" d'Atocha.

P1040665

P1040648

P1040676 Paysages desertiques en chemin

P1040691

 

En route vers le Salar de Uyuni que l'on distingue au fond !

P1040693

Quelques explications :

Le Salar de Uyuni est un vaste désert de sel situé sur les hauts plateaux du sud-ouest de la Bolivie. Cette étendue de sel, vestige d'un lac d'eau de mer asséché, est située à 3 658 mètres d'altitude. Avec une superficie de 12 500 km2, elle constitue le plus vaste désert de sel du monde et représente un tiers des réserves de lithium exploitables de la planète. Ses dimensions sont de 150 kilomètres sur 100. Sa formation remonte à 40 000 ans, quand l'étendue d'eau salée était une partie du Lago Minchin, un lac préhistorique géant. En s'asséchant, il laissa derrière lui deux petits lacs encore visibles, le Lago Poopó et le Lago Uru Uru et deux grands déserts de sel, le Salar de Coipasa et le gigantesque Salar de Uyuni.

Pendant l'été austral, de décembre a mars, le salar de Uyuni peut être inondé pendant quelques semaines, ce qui a ete notre cas. L'épaisseur de l'eau dépasse rarement les 10 a 15 centimètres. Comme le salar est parfaitement plat, il est inondé sur toute sa surface, ce qui en fait un gigantesque miroir. Les bains de pied a l'eau salee sont bien agreables, d'autant que l'eau est plutot tiede. Du fait du rayonnement, les lunettes de soleil sont indispensables.

P1040729

P1040737

P1040739

P1040749

Le sel est exploité, mais la production annuelle d'environ 25 000 tonnes ne risque pas d'épuiser les 10 milliards de tonnes estimées du gisement. Le mode d'exploitation que nous avons pu voir est vraiment artisanal, completement manuel, dans des conditions difficiles.

P1040757

P1040701 Atelier de mise en sacs. Le sel est vendu 2 bolivianos (0.2 euros) les 50 sacs de 1kg ! On n'ose pas imaginer combien sont payes les ouvriers.

P1040702 Briques de sel dont sont faits les murs des maisons du village.

P1040708 Le camion de ramassage, dernier modele !

Un petit musee ou l'on voit quelques sculptures en sel (evidemment!) et un ancien hotel egalement en sel (murs, lits, tables, chaises, etc.) agrementent la visite.

P1040713

P1040715

 

Apres un long voyage de nuit sur les "routes" boliviennes au travers de l'Altiplano ou nous sommes montes a 4300m, agremente de 3 pannes de notre bus, nous sommes arrives a La Paz.

Ville incroyable, capitale la plus haute du monde, etagee de 3200 a 4000 metres dans un immense cañon encaisse. En haut, les bas-quartiers (!) de El Alto, partie la plus pauvre de la ville, en bas, les quartiers plus riches.

Plusieurs records dus à l'altitude de la cité :

    - Capitale la plus haute du monde
    - Aéroport international le plus élevé.
    - L'eau y bout à 80 °C.
    - Stade olympique agréé le plus haut.

P1040770 Sur les pentes, les constructions en briques donnent une couleur rose a l'ensemble.

P1040768

P1040783

P1040762 La grande avenue du centre ville.

La population (environ 2.350.000 habitants) represente un melange frappant de modernite et de traditions. La ville est tres animee, beaucoup de marches ont lieu sur les trottoirs avec souvent une specialisation par rue (fruits, viandes, quincaillerie, electricite, etc...)

P1040765 Toutes les rues sont en pentes.

P1040766 Nombreux transports publics...

P1040775

P1040776

P1040777

P1040781 Pommes de terre (Papas)

 

Apres quelques jours a La Paz, nous sommes partis faire un trek de 3 jours a pied sur un des chemins pre-incas, celui de Takesi. Il devait nous permettre de decouvrir tous les sommets de la Cordillere Royale, culminant a plus de 6000m. et de passer de la Cordillere aux Yungas, region subtropicale moins elevee et couverte de foret dense. Nous avons tout vu, sauf les sommets car pluie et brouillard nous ont tenu compagnie quasiment tout le temps !

P1040785 Sur le chemin.

P1040797 Chokekota, village aymara, essentiellement agriculteurs/eleveurs (lamas, vaches, moutons)

P1040794 Nous avons pousse la porte de l'ecole du village, attires par les bruits de la recre.

P1040810

P1040814 Montee vers le col par le fameux chemin.

 P1040824 Le col a 4650m dans les nuages.

 

Le chemin a ete construit pendant l'empire Tiwanaku, entre les 8eme et 12eme siecle. Ces chemins ont ete realises afin d'assurer les echanges entre la Cordillere et les Yungas (pomme de terre, quinoa, viande de lama contre feuilles de coca, legumes et fruits tropicaux). Puis ils ont ete reutilises, ameliores et entretenus par les incas.

P1040826

P1040829

P1040834

P1040836 Bivouac a 4200m. Un bolivien sorti de nulle part nous a reclame 10 bolivianos (1 euro) pour avoir le droit de nous mettre la.

P1040838

P1040852 Serait-ce un dahlia sauvage ? Fred l'apothicaire pourra peut-etre nous renseigner...

P1040840 Champs de papas (maintenant vous savez ce que c'est)

P1040847 Takesi, un village quasi inhabite aujourd'hui.

P1040866 Nous basculons dans une vegetation subtropicale (eucalyptus, bambous, bananiers et nombreuses fleurs)

P1040870

P1040857 Orchidee.

P1040865 Tres joli, mais on ne sait pas ce que c'est. Une aide SVP ?

P1040873 Amaryllis.

P1040871 2eme bivouac a 2700m. Il fait beaucoup moins froid.

Le retour vers La Paz a ete un peu long et nous a appris la patience. Des glissements de terrain nous ont immobilises plus de 3 heures, le temps de degager la route. Nous avons meme du descendre du minibus pour passer les endroits difficiles et nous entendions les cailloux continuant de devaler autour de nous. Mais c'est le quotidien des habitants de ces vallees tres humides et sujettes a de tres frequents eboulements pendant la saison des pluies qui se termine.

P1040879 Un des eboulements.

Nous profitons maintenant des derniers jours a La Paz. Pierre nous quitte bientot pour revenir en France. Nous allons poursuivre notre decouverte de la Bolivie, mais n'avons pas encore decide de quel cote. Affaire a suivre, vous le saurez dans le prochain episode...

A bientot.